La souplesse du « décret tertiaire » inquiète le collectif Luciole